Wind Turbines

Changement de paradigme

Ça y est ! Le changement de paradigme s’est mis à accélérer. Il est passé dans sa deuxième phase et la polarisation politique qu’elle implique est commencée.

Quelle polarisation et quel pôle me direz-vous ?

C’est la question fondamentale, vous répondrais-je.

Voici la manière dont je vois la situation.

Pour moi il y a d’un côté les croyants, ceux qui croient que nous sommes dans la bonne direction, que l’économie va repartir et que tout redeviendra bien comme avant. C’est le pôle dominant.

De l’autre, il y a les changeurs, ceux qui croient que nous sommes dans la mauvaise direction, que l’économie ne doit pas repartir comme avant, qu’elle doit être profondément remise en question et ses fondements réajustés à l’impossibilité de maintenir une croissance devenue inacceptable. C’est le pôle émergent.

Au centre, il y a la conscience collective, un amalgame de perception populaire et de sagesse populaire. Ceux qui savent que leurs grands parents vivaient beaucoup moins bien qu’eux et donc que le système fonctionne. Mais ceux aussi qui se demandent de plus en plus sérieusement si c’est suffisant pour dire qu’il fonctionnera dans le futur. Car ils commencent à prendre conscience que les changements climatiques sont une réalité urgente, que l’équité planétaire n’est qu’un discours et surtout que leur qualité de vie de demain est de plus en plus à risque. Schématiquement ça ressemblerait à ça.





Une conscience collective qui pourrait, à tout moment, changer de perspective et cesser de voir le présent en fonction des contraintes et modèles du passé et se mettre à le regarder en fonction des contraintes et nécessités du futur déclenchant ainsi un changement de paradigme.

Mais qui sont les croyants ? Ce sont les tenants de la société système qui croient que l’homme se définit par le système donc par son rôle dans la société. Ce sont les oranges dans le modèle des spirales dynamiques de Clare Graves. Ce sont aussi les technocrates de Patricia Pitcher ou encore les modernistes de Paul H. Ray. Ce sont enfin ceux qui croient que la société humaine est plus puissante que la biosphère, que la nature n’existe que pour l’homme et qui croient de plus que l’on peut analyser la vie, la harnacher et même l’améliorer.

Ils sont individualistes, souvent néolibéraux. Ils considèrent qu’il y a des individus et un système et que la vie consiste à jouer le système, ce qui déterminera si on est un gagnant ou un perdant. Pour eux la fin justifie souvent les moyens.

D’autre part, il y a les changeurs, les Gaïens, ceux qui croient que l’homme est issu de la biosphère. Pour eux, l’homme est un être vivant issu d’une planète vivante dont il est partie intégrante. Ce sont les verts dans la spirale dynamique. Ce sont aussi les artistes de Patricia Pitcher et les créatifs culturels de Paul H. Ray. Ce sont enfin ceux qui croient que la biosphère prime sur la société et que cette dernière doit s’adapter aux contraintes de la première.

Ils sont communautaires, souvent social-démocrates. Ils considèrent que la vie consiste à profiter de la beauté de la nature et de l’humanité, de les protéger. Ils désirent la croissance personnelle plus que la croissance économique et pour eux, la fin ne justifie pas les moyens.

Entre ces deux groupes minoritaires, il y a la conscience collective émergeant de la majorité qui se concentre à rechercher l’endroit où la vie est la meilleure et où les possibilités de bien-être sont accessibles. Composée de gens qui ne comprennent pas vraiment ce qui se passe parce qu’ils ne parviennent pas à discerner le vrai du faux dans l’avalanche d’information plus ou moins manipulée qu’on leur présente, la conscience collective est en mouvement. Il y a ceux qui souffrent de déni et qui refusent de regarder la réalité en face parce que c’est trop décourageant. Il y a les consommateurs, ceux qui ne voient pas qu’on leur ment concernant leurs besoins de consommer et les avantages qu’ils en recevront. Ce sont les tenants de l’état providence qui croient que l’état sait, qu’il peut.

C’est, d’une part, la sensibilité à la publicité de cette masse de gens mais, c’est surtout la haute performance de cette manipulation collective qu’est la publicité qui nous a menés à cet extrême de consommation et de perte de sens de la vie.

Le changement de paradigme vous disais-je est en accélération. Il entre dans sa deuxième phase, celle du chaos et celle du cocon. Ça implique que la conscience collective a commencé à sortir de sa torpeur. Que l’anxiété augmente dans la population et que la réalité de l’échec du système actuel devenant de plus en plus évidente, la conscience collective s’éveille et commence à prendre pleinement acte de la situation.

Je crois qu’à partir du moment où elle commence à remettre la situation en question, alors elle se retournera sur elle-même et commencera à ausculter le fonctionnement des collectivités, à tous les niveaux. Ce faisant son attention sera complètement concentrée sur son fonctionnement interne relayant sa situation externe au second plan. C’est la période du cocon, le début de la métamorphose, car que trouve-t-elle lors de cette auscultation ? Une société non fonctionnelle qui pour maintenir et augmenter les avantages d’une minorité est en train de détruire son propre futur.

Face à cet éveil de la conscience collective, les croyants et plus spécifiquement les néolibéraux, intensifient leur pression de contrôle. Campagne de désinformation sur les changements climatiques. Focus sur la peur du terrorisme pour dévier le regard des iniquités inacceptables inhérentes à la situation actuelle. Attaque légal et procès intentés contre les sonneurs d’alarmes. Création d’une caste de lobbyistes dont la seule fonction est le contrôle du pouvoir politique par le pouvoir économique. Désinformation sur l’énergie. Désinformation sur l’état de l’économie. Désinformation totale s’il le faut pour protéger encore quelques années le pouvoir concentré là où il est. Par défi, par arrogance, même si la vie des générations futures est remise en question. Tout ça pour faire le plaisir d’une minorité de plus en plus minoritaire et qui de plus ne peut même pas en profiter.

En conclusion, l’instabilité augmente, la conscience collective prend acte de la situation et le changement de paradigme est éminent. Êtes-vous d’accord ? Avez-vous l’impression que c’est une juste représentation de la réalité québécoise ?

0 views0 comments

Recent Posts

See All

La transformation vers une société durable n’a jamais été aussi près de nous que maintenant. Le modèle de la croissance infinie n’a jamais été remis en question aussi intensément et surtout par une au