Wind Turbines

Points de bifurcation


Dans la théorie des systèmes complexes, un point de bifurcation est le moment où un nouvel ordre prend racine dans le présent. Vu d’aujourd’hui, ça semble simple or ce qui en 1977 valut à Ilya Prigogine le prix Nobel peut être en soi un point de bifurcation. En démontrant leur existence dans sa théorie des systèmes dissipatifs il a démontré que l’univers n’est pas déterminé. Il a ainsi remis en question l’universalité de la science déterministe, la reléguant à une science d’exception. C’est aussi important qu’Einstein.

Les sociétés, les économies ou les organisations se comportent comme des systèmes complexes. Les points de bifurcation sont des évènements qui y interviennent lorsque le système est sous pression. Dans un contexte critique, plutôt que de s’autodétruire, le système cherche à s’adapter aux contraintes de son contexte. L’éclosion d’un point de bifurcation fera apparaître un changement de perception global du système par lui-même qui peu provoquer l’émergence d’un nouvel ordre de fonctionnement devenu nécessaire pour permettre au système de survivre.

Ce sont les moments ou l’histoire s’écrit.

Le printemps Arabe est un exemple de points de bifurcation. Ainsi que l’émergence spontanée du mouvement « Occupy Wall Street ». Résultats d’une société en état de stress, le nombre de points de bifurcation se multiplie et c’est normal. L’effervescence politique et économique devient palpable. Les attentes de changements deviennent tangibles. L’énergie de changement augmente jour après jour partout sur la planète. Le système devient instable alors l’éclosion de points de bifurcation se multiplient.

Au Canada, nous avons assisté, il y a un an, à un point de bifurcation très intéressant : la réorganisation de la scène politique canadienne qui a subitement quitté le centre, historiquement occupé par les libéraux et les progressistes conservateurs, pour se polariser beaucoup plus intensément entre la droite des conservateurs et la gauche du NPD. C’est un changement de cadre de référence important qui s’est fait subitement. Nous verrons l’ampleur de son impact aux prochaines élections. (voir le billet que j’ai écrit à l’époque)

Le Québec ne fait pas exception

Au Québec, la même chose vient de se produire, du moins je le crois. La performance de Françoise David au débat des chefs a subitement fait apparaître un nouvel espace politique dans lequel les gens se sont reconnus. L’impact à moyen terme pourrait être important. Soudain, Québec Solidaire est passé du statut d’hypothèse sympathique mais irréaliste à une possibilité concrète qui pourrait devenir accessible. Ça pourrait être la naissance d’un nouvel espace de réflexion politique qui pourrait attirer de plus en plus d’intellectuel et à terme provoquer un changement de régime politique qui résulterait en un changement d’ordre ou de cadre de référence dans la gouvernance économique du Québec.

Il se pourrait que nous assistions à l’émergence d’un point de bifurcation, d’un changement d’attitude des électeurs que l’histoire retiendra. Subitement les gens pourrait découvrir que la politique peut aussi proposer un fonctionnement d’état, pas seulement un fonctionnement d’économie. Ce changement d’attitude de l’électorat pourrait aussi bénéficier à Option Québec qui propose aussi un nouveau fonctionnement d’état.

Le temps du changement

Évidemment, les changements ne se font pas rapidement mais ce point de bifurcation pourrait signifier que lors des prochaines élections, l’argumentaire pourrait ne plus se faire principalement autour des concepts de fédéralisme et de séparatisme mais aussi autour des concepts de société favorisant le développement des individus avant la collectivité ou encore de la collectivité avant les individus. En d’autres termes, le choix pourrait aussi se poser entre une démocratie économique ou une démocratie sociale.

Le futur se prépare, il nous arrive.

En ces temps turbulents où tout est impermanent, la prudence impose de ne rien prendre pour acquis. On ne peut plus prendre pour acquis que le futur est simplement la suite du passé et que les règles qui nous permettaient de bien décider hier seront celle qui nous le permettront demain.

On ne peut pas savoir ce que nous réserve le futur mais on peut détecter et suivre l’émergence des points de bifurcation qui le caractériseront. On peut aussi distinguer ceux qui n’auront pas d’effets structurant de ceux qui pourraient se traduire par des changements importants. Mais ces derniers ne peuvent devenir des opportunités que si on s’y prépare. Alors soyons alertes.

0 views0 comments

Recent Posts

See All

La transformation vers une société durable n’a jamais été aussi près de nous que maintenant. Le modèle de la croissance infinie n’a jamais été remis en question aussi intensément et surtout par une au