Wind Turbines

Quand le politique sonne l'alarme

Par la force des choses, je suis devenu vulgarisateur. Dans cette perspective, je fais la synthèse de la situation globale et je décris comment cette réalité émergente affecte et affectera la situation locale du Québec. Je partage mon temps entre :

· donner des conférences pour démontrer l’urgence d’agir;

· former des gens à une perspective de société vivante laquelle permet d’identifier les pistes d’action les plus pertinentes et réalistes;

· et, compléter le développement d’une plateforme de modélisation de la société reposant sur la théorie des systèmes complexes laquelle permettra de scénariser les stratégies d’adaptation, d’évolution ou de révolution.

Toutes ces activités visent un but unique : proposer un cadre de référence pour déclencher et planifier une démarche de métamorphose de notre société de consommation afin de l’adapter au contexte de rareté des ressources lequel correspond à notre avenir réel.

C’est une démarche difficile parce qu’elle implique de prendre une direction contraire à celle que promouvoit la société actuelle, mais c’est aussi une démarche exaltante parce qu’elle est en harmonie avec la perception fondamentale d’une majorité de citoyens.

Il s’écrit beaucoup de textes à ce sujet et, parfois, apparaissent des perles de synthèse rendant accessibles aux lecteurs une perspective globale clarifiant l’interaction entre les enjeux. C’est le cas du texte que je vous propose à la fin du présent billet.

Nous baptisons les auteurs de ce type de texte de « promoteurs de changements » et les séparons en deux catégories : les « lanceurs d’alerte » et les « changeurs ».

Les lanceurs d’alerte (http://fr.wikipedia.org/wiki/Lanceur_d’alerte ) sont ceux qui profitent de leur accès privilégié à des connaissances non disponibles publiquement pour amener les projecteurs sur une réalité cachée, méconnue ou mal perçue afin de faire prendre conscience, à la communauté ou à la collectivité, de l’ampleur du danger et de l’urgence d’agir. Nous pouvons vous donner comme exemples : Colin Campbell, géologue et fondateur de l’Association for the Study of Peak Oil (ASPO); Shiv Chopra, microbiologiste et dénonciateur du danger de la nourriture canadienne.

Les changeurs, eux, sont ceux qui entreprennent d’agir, en dépit des implications négatives à court terme, pour participer à résoudre un problème à long terme. Dans le cas qui nous occupe, les changeurs sont ceux qui entreprennent d’agir pour réduire l’impact de la société sur l’humanité et sur la biosphère. Citons à titre d’exemples : Paul Jorion, promoteur d’une refonte de l’économie; Marc Halévy, physicien et philosophe, promoteur de la révolution noétique; Pierre Rabhi, agriculteur, penseur et défenseur de l’agroécologie; Michel Venne, directeur général et fondateur de l’Institut du Nouveau Monde.

Je vous propose de lire le texte paru dans Le Monde le 2 avril et intitulé Le genre humain, menacé , qu’a écrit Michel Rocard, ancien premier ministre de la France. La lecture de ce texte en vaut vraiment le détour (http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/04/02/le-genre-humain-menace_1502134_3232.html).

Nous considérons la sortie de M. Rocard comme un geste de lanceur d’alerte. En effet, son texte met en évidence que l’état doit être guéri de sa schizophrénie*…

[*Maladie mentale par laquelle le malade perd le contact avec le monde extérieur et vit dans un monde intérieur plus ou moins cohérent créé par lui sans référence au réel. -- définition tirée du document numérique Le petit lexique des termes la complexité faisant parti du site de l’Association de la pensée complexe d’Edgar Morin (http://www.mcxapc.org) ].

0 views0 comments

Recent Posts

See All

La transformation vers une société durable n’a jamais été aussi près de nous que maintenant. Le modèle de la croissance infinie n’a jamais été remis en question aussi intensément et surtout par une au